« Demandez, vous recevrez, cherchez, vous trouverez, frappez, la porte vous sera ouverte. Celui qui demande reçoit, Celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la portes s’ouvrira. Lequel d’entre vous donnerait une pierre à son fils qui lui demande du pain ? ou un serpent, quand il lui demande un poisson ? Si donc, vous qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ! » (Mt 7, 7-11)

Dieu nous exauce-t-il ou non ? Notre prière est-elle réellement « efficace » ? Obtient-elle le résultat attendu ? Ou bien est-elle inutile ? Ce passage d’évangile ci-dessus nous permet de clarifier cette question, souvent lancinante dans l’épreuve, surtout lorsqu’elle dure et demeure sans réponse.

« Demander est une bonne chose »
Tout d’abord, notons que Jésus nous demande de… « demander ! » Demander est une bonne chose : le Christ nous y encourage sans hésitation. Nous pouvons faire taire nos scrupules : nous n’ennuyons pas Dieu en lui faisant part de nos besoins. Au contraire, il attend que nous les lui exprimions. Comme des enfants confiants qui espèrent en sa bonté.

Puis Jésus nous invite à chercher, à adopter une attitude active, à ne pas attendre que les solutions tombent toutes rôties du Ciel. Nous devons nous retrousser les manches, y mettre du nôtre. Faire le premier pas, celui de la confiance, pour que Dieu puisse nous répondre.

« Il prépare quelque chose de bon »
Enfin il nous dit: « Demandez, vous recevrez, cherchez, vous trouverez. » C’est là pour lui une affirmation, une certitude : oui, vous allez recevoir vous allez trouver. Mais pas forcément ce que vous, vous avez demandé, ce que vous cherchez ! Peut-être, mais pas sûr ! Ce que vous allez recevoir, c’est ce que le Père a préparé de bon pour vous. Ce peut être ce que vous espériez, ce peut être différent. En tout cas dans la foi, nous pouvons être certains que ce sera le meilleur pour nous puisque Dieu nous aime, veut notre bien, et nous connaît mieux que nous-mêmes. Il sait, davantage que nous ce qui est bon pour nous, à chaque instant de notre vie. « Votre Père sait ce dont vous avez besoin avant que vous l’ayez demandé » (Mt 6, 8).

Alors, qu’obtient-on de si bon, de meilleur même que ce que nous souhaitions ? Quelles sont ces « bonnes choses » que le Père nous destine, en particulier dans les épreuves que nous subissons ?

« nous soyons rendus capables de l’affronter »
Tout ce qu’il nous a préparé dans sa miséricorde : paix, confiance, courage, force, espérance… Non pas pour que nous échappions à la difficulté, mais pour que nous soyons rendus capables de l’affronter, voire d’en triompher. Toutes ces grâces nous sont essentielles. Mais il en est une qui les embrasse toutes, qui est en quelque sorte le trésor caché de Dieu, la « bonne chose » par excellence, sa réponse absolue à nos demandes.

Un passage parallèle dans l’évangile de Luc (11, 13) nous la révèle clairement : il s’agit de l’Esprit Saint lui-même : « Combien plus le Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! » En effet, l’Esprit Saint, qui est l’Esprit de Dieu, est le plus grand bien possible pour nous, celui qui apporte les vraies réponses à nos questions. Dans l’épreuve, demandons le secours de l’Esprit de Dieu, le Défenseur, le Consolateur, le Libérateur.

Voici un magnifique chant qui pourra vous inspirez pour demander à Dieu son Esprit-Saint.

(Extrait du Petit guide de survie dans les épreuves, Jean-Romain Frisch, Editions de l’Emmanuel)